Revista literaria avant la lettre

Lettre d’agradeciment après j’ai gagné le Prix Goncourt

Mesdammes et messieurs del juré,

je suis encore en choc et très agra­de­cide pour cette prix que vous m’avait concedu. Je suis en choc pour deux raçons, prin­ci­pe­lle­ment.

Première raçon: je ne parle pas bien le français, comme vous verrait. Je soul le chapurreé, et très mauvement, pour certe. Per cette motive je suis très sorprendu quand j’ai eté telefoné pour me comu­ni­quer que j’ai gagnait vôtre tre­men­da­ment pre­ti­gieusse galar­deaun.

Seconde raçon: j’ai ne ecrit pas de livre, roman o quelque chose parecide. Oui, j’ai une bloc à la inter­nette, bien sûr, mais je ne croix possible qu’il est mere­ce­deur de ningoun prix, et moins d’un prix famosse comme le Goncourt.

À dûres pennes je suis capable d’anomener plus de cinc auteurs fra­nçai­sons: Sartre, Zola, la femme de Sartre, Saint-Exúberant…

Je me temme que tout est un grand malen­tendu et vous avait cometide un erreur – pout etre que vous avait confondu mon email avec autre auteur de prestige inter­na­tio­ne­lle, comme Sartre ou Zola.

Pour cettes motiffs je ne pui d’accepter le prix. Ce serie un insulte pour vôtre pays et pour vôtre riche coultoure. Mais, vraiment, c’est un incentive pour moi d’écrire, puisque je suis passant un mauvais moment creative. Il y a vingt annes que je suis offusqué et bloquée avec le pavoir de la feuille en blanche. Je n’ai pas trouvé encore que chose de dire, et bien plus, je ne sais pas si j’ai le talent ou la vir­tuo­sité pour écrire : il y a tellement de livres dejà écrits.

Oui, reélle­ment j’ai écrit deux livres : des bio­graphies de deux chanteurs de cette concours télé­vi­suel ( Operación Triunfo ), mais enfin, ces livres-ci ne sont pas rien d’autre monde, bien que ma mère les a acheté et elle es très orguei­lleuse de moi. Mais toutes les mères sont orguei­lleu­ses de sons fils, non ?

Atten­ta­mont,
B. Perelleau